top of page
  • Cantabile d'Eymet

La prise de feu : comment l'opéra et ses chœurs sont nés

Pensez à un pays qui nous a donné l'opéra pour la première fois et qui continue d'en être le foyer spirituel.


Beaucoup répondront : "L'Italie, bien sûr". Beaucoup le font, si on leur pose la question, je comprends.


D'autres répondront : "La Grèce antique".  Ce à quoi beaucoup répondraient : "Oh vraiment?".


Mais l'histoire suggère que ces deux éléments ont été indispensables à l'évolution de l'opéra et au rôle distinctif du chœur en son sein.


En 1580, un groupe de poètes et de musiciens italiens (la Camerata) s'est demandé comment recréer ce qu'ils pensaient être une tradition musicale et dramatique de la Grèce antique et a commencé à expérimenter.


Ils ont trouvé un fragment de chœur grec dans Oreste, une pièce du dramaturge grec Euripide, ainsi qu'un extrait de la Poétique d'Aristote, écrite un siècle plus tard, qui montrait que la musique avait effectivement joué un rôle important dans la représentation de la tragédie, en utilisant un "langage qui a des embellissements" :


"un langage qui a les embellissements du rythme, de la mélodie et du mètre... dans certaines parties, le mètre seul... dans d'autres, la mélodie".


Fin de la leçon d'histoire.  C'est alors que les choses ont commencé à bouger.


En 1594, le premier opéra, Dafne de Jacopo Pen, est suivi de L'Euridice en 1600, avec un nouveau style musical de déclamation, mi-parole, mi-chant, accompagné d'un instrument de basse.


Ce style était appelé "stile rappresentivo" ou, comme nous le connaissons aujourd'hui, "recitative".


L'accompagnement s'appelait la basse ‘continuo’. L'opéra comprenait également des ‘intermèdes’, c'est-à-dire des intervalles musicaux entre les actes de la pièce.


Monteverdi a produit le premier chef-d'œuvre de l'opéra, Orfeo, en 1607, qui a été acclamé par tous, et L'incoronazione di Poppea, qui a remplacé les figures allégoriques classiques par des personnages aristocratiques réels.


La première salle d'opéra a ouvert ses portes en 1637, au Teatro San Cassiano, à Venise.


Et le reste, comme on dit, c'est de l'histoire.


C'est dans cet esprit que nous vous donnons un avant-goût des trois derniers chœurs d'opéra qui seront interprétés lors de nos concerts Feel The Spirit en mai.


Chœur des esclaves hébreux de Nabucco de Giuseppe Verdi


Le roi de Babylone Nabuchodonosor (alias Nabucco) entreprend d'écraser la ville de Jérusalem et de massacrer les Hébreux qui retiennent prisonnière sa fille Fenena.


La scène de ce célèbre chœur se situe sur les rives de l'Euphrate, lorsque les Hébreux, vaincus et prisonniers en exil, se souviennent avec douleur de leur chère patrie perdue.


Créé à la Scala de Milan en 1842, alors que l'Italie du Nord est encore sous domination autrichienne, l'opéra, et cette pièce en particulier, résonne ardemment dans le cœur des Milanais, qui identifient leur sort à celui des captifs. Le jeune Giuseppe a réussi un coup de maître qui ne s'est jamais démenti.


La complainte de Didon de Didon et Énée de Henry Purcell


L'Enéide de Virgile, avec l'épisode des amours de la reine Didon et du prince Énée, a inspiré à Henry Purcell cette belle œuvre baroque.


À la fin du drame, se sentant trahi par son amante, lui-même déchiré entre ce qu'il croit être une mission divine et son amour pour Didon, celle-ci le rejette et le laisse partir. Mais la douleur de la séparation est trop forte et elle se tue. Le chœur nous dépeint alors, avec tristesse et émotion, un Cupidon se présentant les ailes tombantes, et répandant des roses sur la tombe de la reine défunte.


Libiamo de La Traviata de Giuseppe Verdi


Une joyeuse chanson à boire invite les invités à la fête donnée par Violetta - une courtisane aux mœurs légères - aux libations et à l’amour.  Parmi eux, Alfredo, un jeune provincial récemment arrivé à Paris, n'a d'yeux que pour elle.


Tous deux tomberont amoureux et devront affronter la morale bourgeoise et un père intransigeant.  L'histoire se termine mal, mais pense-t-on au lendemain où l'ivresse et l'amour font chavirer les cœurs?



Posts récents

Voir tout

Vous aimeriez chanter des chœurs d'opéra ?

Maintenant que nous sommes en train d'apprendre une série de chœurs d'opéra pour nos concerts de mai Feel the Spirit, leur ampleur et les défis qu'ils représentent apparaissent au grand jour.  J'ai co

Comments


bottom of page