top of page
  • Cantabile d'Eymet

Vous aimeriez chanter des chœurs d'opéra ?


Maintenant que nous sommes en train d'apprendre une série de chœurs d'opéra pour nos concerts de mai Feel the Spirit, leur ampleur et les défis qu'ils représentent apparaissent au grand jour.  J'ai commencé à me demander pourquoi il est si différent de chanter un chœur d'opéra à partir d'une œuvre musicale écrite expressément pour un chœur.


Les réponses peuvent sembler évidentes.  Vous faites partie d'un drame fixé dans un lieu, un temps et une action particuliers. Vous êtes le plus souvent le spectateur, le commentateur, le metteur en scène, alors que le drame se déroule devant vous.


Est-ce tout ? Pas tout à fait.  J'ai découvert quelques idées de maîtres de chœur qui préparent les chœurs de compagnies d'opéra internationales à se produire ; de solistes d'opéra dont les classes de maître indiquent la voie à suivre aux chanteurs en herbe.  Et de ceux qui chantent des chœurs d'opéra pour gagner leur vie.


Multi-tâches ? Et comment !


La compagnie Royal Opera Chorus du Royal Opera House, Covent Garden, à Londres, déclare, avec un admirable sens de l'euphémisme :


‘Comme la plupart des opéras sont joués dans la langue originale (italien, français, allemand, russe, tchèque), le chœur travaille en étroite collaboration avec des professeurs de langue pendant la période de répétition. En raison de la brièveté des productions (six ou sept représentations), le chœur participe souvent à deux ou trois productions le soir, tout en répétant une ou deux autres productions dans la journée et en apprenant également la musique de plusieurs autres opéras, tout cela en même temps’.


La mezzo-soprano de l'English National Opera Judith Douglas ne mâche pas ses mots :


‘En tant que chœur, je pense que nous sommes connus pour être prêts à tout. Nous devons être capables de garder en tête tellement de choses différentes en même temps et, surtout au début d'une nouvelle saison, il y a énormément de choses à apprendre’.


Une voix ou plusieurs ?


Le chef de chœur du Metropolitan Opera de New York, Donald Palumbo, répète et dirige certains des meilleurs chanteurs du monde et est réputé pour sa capacité à mélanger les voix des chanteurs du chœur :


‘Les solistes peuvent s'en tirer avec des voyelles "ah" et des voyelles "ee" qui ont différents degrés de luminosité et d'étalement, pour ainsi dire, dans la voyelle. Mon travail en tant que chef de chœur consiste à essayer de faire en sorte que chaque chanteur du chœur interprète une voyelle "ah" de la même manière, c'est-à-dire que la rondeur et la hauteur du "ah" soient uniformes dans tout le chœur... Dans le chœur, nous devons nous assurer que tout le monde adhère à tout moment à cette même forme de chaque voyelle’.


La note sans fin ?


‘Le maintien d'une note, le relâchement d'une note, l'inspiration et l'attaque de la note suivante devraient être un processus sans arrêt ni départ... Cela ne devrait jamais ressembler à une tonalité, à un arrêt, à un souffle, à la production d'une tonalité. Avec un chœur, vous avez l'avantage de pouvoir faire ce que l'on appelle une respiration décalée, ce qui signifie que si vous avez une phrase très longue et que vous voulez vous assurer que vous arrivez à la fin de la phrase avec le même soutien total que vous aviez au début de la phrase, vous pouvez demander aux gens de décider d'interrompre, disons, une syllabe, ou de prendre une petite "respiration de rattrapage" quelque part dans la phrase qui ne sera pas faite exactement au même endroit par tous les autres membres du chœur. L'effet global est donc que le chœur ne respire pas là où tout le monde a respiré’.


Libérer l'émotion ?


Timothy Burke, chef de chœur à Opera North, Leads en Angleterre, explique pourquoi les chœurs peuvent servir de paratonnerre dramatique et pourquoi ils peuvent être effrayants :


‘Il y a quelque chose d'exceptionnellement puissant dans le fait qu'un grand groupe de personnes pousse la voix jusqu'à ses limites. Les vagues d'émotion peuvent communiquer avec un public avec une énorme intensité. Mais la dynamique de l'ensemble change radicalement lorsque le nombre de chanteurs est soudain presque doublé. Beaucoup plus de personnes chantent la même note, et le risque est beaucoup plus grand que certaines consonnes soient mal placées. Mon travail consiste à m'assurer que tous les chanteurs sont parfaitement à l'aise avec la musique, qu'ils respectent les détails et qu'ils restent concentrés’.


Par où commencer ?


Catherine Wyn-Jones, soliste mezzo-soprano et enseignante basée à Londres, donne son point de vue :


‘Il faut toujours commencer par apprendre le texte, surtout s'il s'agit d'une langue étrangère. Il est important de résoudre les problèmes de prononciation que vous pourriez rencontrer, puis de développer un sentiment d'aisance. Vous devez également vous faire une idée de l'ensemble de l'histoire si vous parlez d'un rôle d'opéra, et connaître le contexte....'est seulement à ce moment-là que vous pouvez commencer à regarder et à apprendre la musique’.


‘J'ai également remarqué que les étudiants ont tendance à ne pas faire autant attention au rythme qu'à la hauteur - mais le rythme est tout aussi important ! La hauteur doit s'adapter à l'accompagnement, et les mots ont un ressort... Enfin, la partition avec la notation musicale n'est pas la musique, mais seulement les lignes directrices sur la façon dont la musique doit sonner !... il faut se frayer un chemin à travers la partition en papier pour atteindre la musique de l'autre côté’.


Il y a donc beaucoup de choses à prendre en compte pour votre chanteur amateur de Chorus, alors que nous travaillons sur trois autres de nos propres chœurs d'opéra qui seront interprétés lors de nos concerts Feel the Spirit de mai 2024.


Habanera de Carmen de Georges Bizet

La célèbre chanson d'amour de style habanera de Carmen de Bizet nous montre comment la gitane Carmen choisit et séduit le caporal Don José dans le premier acte de la pièce. Le public découvre alors la cigarière, lascive, arrogante, qui joue avec les sentiments de ses nombreux prétendants, avant de jeter la fleur à l'heureux élu. Si cela ne préfigure pas le drame qui va se dérouler sous nos yeux ? Séduction, manipulation, amour fou, rejet, jalousie et meurtre, rien de moins ! L'amour n'a jamais connu de loi…


Chœur fredonné de Madama Butterfly de Giacomo Puccini

Nagasaki, début du 20e siècle. Des officiers américains en poste au Japon épousent de jeunes femmes locales, sachant que le mariage sera caduc lorsqu'ils quitteront leur poste. Parmi eux, Benjamin Franklin Pinkerton, qui va épouser une jeune geisha de quinze ans, Cio-Cio-San (Madame Papillon en japonais). Pour Pinkerton, ce mariage est un divertissement inoffensif, alors que pour Butterfly, il s'agit d'un véritable engagement. Un enfant naîtra de leur union, mais seulement après le départ de Pinkerton qui est rentré chez lui, peu soucieux de laisser derrière lui un cœur brisé. Butterfly attendra trois ans avant que Pinkerton ne revienne, cette fois avec sa femme américaine, et seulement pour réclamer son fils ! C'en sera trop pour Cio-Cio qui se tuera en confiant son enfant à celui qu'elle considère toujours comme son mari. Le chœur fredonné à la fin du 2ème acte illustre à merveille l'attente anxieuse de Madame Butterfly, dans une atmosphère de temps suspendu très réussie.


Viljalied de La Veuve joyeuse de Franz Lehar

La petite communauté de Pontevedrine vivant à Paris se réunit chez Hanna Glawari, une jeune et riche veuve qui donne une grande fête dans sa maison. Danilo Danilowitsch, un amour de jeunesse contrarié par leurs parents, est également présent. Au cours de la soirée, les invités parlent de leur patrie, Pontevedro, et jouent des airs folkloriques. Hanna arrive et commence à chanter la chanson de Vilja, exprimant en musique son propre mal du pays, son amour inavoué mais intact pour Danilo, et sa solitude. Un beau moment de lyrisme, de nostalgie et de tendresse. Tout finira par s'arranger, et la belle veuve, redevenue joyeuse, retrouvera son amant, et sa fortune restera Pontevedrine. Champagne !



Remerciements à The Guardian, au Royal Opera House Covent Garden, à YourClassical.org



Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page